Archives Départementales de la Gironde






Actualité / Informations récentes
 

Acte original de mariage juif(kétouba), en hébreu : mariage célébré entre Salomon Joseph et Rebeca Pena du 27 août 1755, déposé chez le notaire Rauzan le 12 avril 1760
AD Gironde, 3 E 21672

Exposition "VARIATIONS"

ACQUISITIONS DES ARCHIVES DéPARTEMENTALES

Comme les musées ou les bibliothèques, les services d’archives mènent des politiques d’acquisition souvent méconnues. Il est donc important de mieux les faire connaître notamment des Girondins au travers d’un panorama des actions menées en la matière par les Archives départementales.

Cette exposition vise à montrer comment ces acquisitions permettent au public, habitué à éclairer les faits au regard des sources administratives, de les comprendre sous un angle, celui des documents privés, produits individuellement ou collectivement. Elle révèle également que des pièces majeures pour l’histoire de la Gironde ont intégré le domaine public, après avoir été conservées – parfois longtemps – en mains privées.

Documents relatifs aux frères FAUCHER provenant des collections de Jules de GERES au château de Mony :
AD Gironde, 1 J 212

Présentées par grandes thématiques telles que l’état civil, les lettres et les arts en Gironde, le patrimoine occitan, les moments forts de la vie politique locale et nationale (la Fronde, la Révolution française, la Libération, les visites présidentielles…), les aménagements urbains (les Quinconces, le quartier Mériadeck, le pont d’Aquitaine) ou encore les activités économiques du département (le commerce maritime, le tourisme, la viticulture, l’agriculture), ces pièces inédites sont des « variations » qui, comme celles d’un thème musical, enrichissent la perception de l’histoire des hommes et des territoires girondins à travers les siècles.

Dans le cadre de cette exposition, l’inventaire des pièces entrées par voie extraordinaire sera mis en ligne et, à l’occasion des Journées européennes du Patrimoine 2016, Pascal Geneste, conservateur en chef du patrimoine aux Archives départementales de la Gironde, fera une conférence sur le thème « Une politique d’acquisition dans les services d’archives. Pourquoi, comment ? » le samedi 17 septembre, à 17 heures.

Ouverture au public du lundi au vendredi de 9 h. à 17 h. du 24 juin au 23 septembre 2016



Entrée libre et gratuite Nous contacter

Table-ronde sur « Les fusillés de la Seconde Guerre mondiale »

Présentation et dédicace des ouvrages :

- Les Fusillés. 1940-1944
Dictionnaire biographique des fusillés et exécutés par condamnation et comme otages ou guillotinés pendant la Seconde Guerre mondiale, sous la direction de Claude Pennetier, Jean-Pierre Besse, Thomas Pouty et Delphine Leneveu (éditions de l’Atelier, avril 2015).
Ce livre retrace les biographies de ceux qui furent fusillés en France entre 1940 et 1944. Il rappelle les conditions de leur arrestation et de leur exécution et retrace leur itinéraire, leur vie, leurs engagements. Ils étaient juifs, chrétiens, ou libre-penseurs. Certains étaient des Résistants actifs, d’autres furent arrêtés en raison de leurs origines, de leur engagement militant ou de leur refus de l’Occupation. Leurs parcours, d’une extrême diversité, convergent le plus souvent vers un but commun : lutter contre la barbarie.
Ce dictionnaire s’inscrit dans la collection Maitron, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social.

- Les 256 de Souge. Fusillés de 1940 à 1944
Le Comité du souvenir des fusillés de Souge a pour objet social d’honorer la mémoire des 256 Résistants et patriotes fusillés au camp de Souge de 1940 à 1944. Il retrace l’histoire de « ce Mont-Valérien du Bordelais » dans un livre émouvant, rigoureux et très documenté (éditions Le Bord de l’Eau, septembre 2014).
L’ouvrage témoigne de « qui étaient ces 256 fusillés », tant du point de vue de leur état civil que de leurs situations personnelle ou professionnelle, de leurs engagements (idéologiques notamment) très divers, ainsi que de leurs actions de résistances, conditions d’arrestations et processus (ou pas) de condamnations et d’exécutions. Des éléments de contextualisation introduisent l’ouvrage, alors que des éléments de réflexion montrent pourquoi Souge est après le Mont-Valérien le deuxième lieu de fusillades en France. Le corps du livre est quant à lui composé des biographies des fusillés.

événement organisé en partenariat avec Les éditions de l’Atelier, Les éditions du Bord de l’Eau, Le Dictionnaire biographique Maitron, La Machine à Lire, l’association du souvenir des fusillés de Souge, l’association nationale des Anciens combattants de la Résistance.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles. Nous contacter

Présentation du livre de Pierre Allorant, Lignes du front de l’arrière. Lettres du directeur de la Compagnie des tramways de Bordeaux à son fils artilleur. 1914-1918, en partenariat avec les Presses universitaires de Bordeaux et l'Association régionale des professeurs d’histoire et géographie.

Après Femmes sur le pied de guerre : chronique d’une famille bourgeoise et Deux frères dans l’aviation (Grand Prix littéraire de l’Aéroclub de France),
Lignes du front de l’arrière. Lettres du directeur de la Compagnie des tramways de Bordeaux à son fils artilleur. 1914-1918

est le troisième et dernier volume du cycle de correspondance familiale consacré au for privé durant la Grande Guerre. Il vient de paraître aux Presses universitaires de Bordeaux, dans la collection « Mémoires vives » dirigée par Michel Figeac (préface de Christophe Bouneau).

Cette présentation sera complétée par la projection du film « La cicatrice. Une famille dans la Grande Guerre » réalisé par Laurent Véray et produit par Cinétévé pour France 3.

Ce documentaire, présenté par Clément Puget, repose également sur des archives exceptionnelles, des milliers de lettres et des centaines de photographies produites entre 1914 et 1918 par une famille d'ingénieurs et de bâtisseurs, les Résal.


Conférence de Jean-Pierre Poussou,« Le commerce des blés au XVIIIe siècle : Bordeaux plaque tournante pour l’Aquitaine et pour la façade atlantique», dans le cadre de l’exposition « Le cœur des moulins »

Bordeaux est connue comme l’un des ports majeurs de la façade atlantique, tourné très tôt vers le commerce du vin et des produits antillais.

On connaît moins la place de cette ville dans le commerce des farines, qui explique un développement précoce de la minoterie dans toute la région.

L’insuffisance de la production locale de blé et la forte demande coloniale, ainsi que les habitudes particulières de consommation des Bordelais, expliquent – au temps d’une forte expansion maritime et démographique après 1730 – cette situation particulière.

La place du commerce des farines à Bordeaux au XVIIIe siècle a joué un rôle méconnu mais d’une importance considérable pour le port garonnais. En fait, à la différence des commerces de produits coloniaux ou viticoles, le commerce bordelais des farines correspond à des réalités complexes que sont l’insuffisance de la production céréalière d’une part et l’importance de la demande coloniale d’autre part. Pour Jean-Pierre Poussou « Bordeaux apparaît comme une formidable pompe aspirante de farines et de blés venus de tous côtés, aussi bien par la mer que par la Garonne et ses affluents », contribuant ainsi à une part considérable de l’activité commerciale du port bordelais au XVIIIe siècle.


En savoir plus sur l'exposition LE CŒUR DES MOULINS

Présentation du livre d'Yves Péhaut, La doyenne des « Sénégalaises » de Bordeaux : Maurel et H. Prom de 1831 à 1919

Usine à glaces – Dakar

Usine à glaces – Dakar -
AD Gironde, 7 Fi 2-020

Yves Péhaut, professeur de géographie honoraire à l’Université Bordeaux Montaigne, spécialiste de l’Afrique tropicale et plus précisément de l’agriculture et du commerce liés à l’économie de plantation (en particulier les oléagineux), se consacre ici à l’une des principales maisons de commerce bordelaises, impliquée dans le commerce de l’arachide et la production d’huile

CHRJ Kampnann

CHRJ Kampnann
AD Gironde 7 Fi 2-031

Cet ouvrage s’inscrit dans la suite de sa thèse d’état soutenue à Bordeaux en 1973 : (Les oléagineux dans les pays d'Afrique occidentale associés au Marché Commun, La production, le commerce et la transformation des produits). Sa nouvelle étude s’est nourrie de la documentation qu’il n’avait pas eu la possibilité d’exploiter complètement, mise à sa disposition par la maison Maurel et Prom, acteur majeur de la filière de l’arachide et des relations économiques entre Bordeaux et le Sénégal. Il en résulte une œuvre colossale, inédite, qui permet au lecteur de vivre avec force détails les relations économiques entre Bordeaux et le Sénégal tout au long du XIXème siècle et jusqu’à la Première Guerre mondiale, à travers l’évocation très documentée de l’essor et des difficultés d’une entreprise familiale sise à Bordeaux, qui a créé et entretenu des comptoirs en AOF et plus particulièrement au Sénégal.

Kau – UR. Gambie

Kau – UR. Gambie
AD Gironde 7 Fi 2-0131

Magasin Maurel et Prom

Magasin Maurel et Prom
AD Gironde AD Gironde 7 Fi 2-033

Le travail, très dense et très riche, est structuré en huit parties. Un premier volume est consacré à la description de la montée en puissance et des difficultés de l’entreprise dans une vision diachronique s’étendant sur près d’un siècle. Le deuxième nous fait vivre les comptoirs du Sénégal et de Gambie. On est ici en présence d’une grande fresque, de la saga d’une entreprise bordelaise à la conquête de l’Afrique Occidentale Française, riche d’innombrables détails sur les hommes, les produits, les comptes, les flux, les aléas de la gestion et du fonctionnement des comptoirs. On y voit aussi le poids des relations politiques, les ravages des épidémies, les détails de la flotte et des constructions, la dureté de la concurrence à la fois sur la place bordelaise et en Afrique. Se plonger dans cette lecture, c’est s’immerger dans ce monde colonial aujourd’hui disparu ; c’est découvrir toute une société (ou plutôt plusieurs sociétés), tout un système, qui a fortement marqué l’Afrique, Bordeaux, et leurs relations.

Magasin Maurel et Prom

Magasin Maurel et Prom
AD Gironde AD Gironde 7 Fi 2-033










Contacter les Archives départementales de la Gironde

Les Archives départementales ouvrent leurs portes à l’occasion des Journées européennes du Patrimoine 2015

Hommage à Aristides de Sousa Mendes

le vendredi 18 septembre, organisé en partenariat avec le Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes, l’Institut Cervantes de Bordeaux et les Consulats d’Espagne et du Portugal.

à 18 h, dans l’auditorium Jean-Cayrol, 72, cours Balguerie-Stuttenberg, table-ronde « Aristides de Sousa Mendes et les Espagnols – 1940 », avec les interventions de :

Cet événement vise à rappeler l’action d’Aristides de Sousa Mendes, consul général du Portugal à Bordeaux, dont l’action a permis de sauver près de 30 000 personnes en juin 1940 dans le grand Sud-Ouest. Elle s’inscrit dans le cadre du 75e anniversaire de la délivrance de ces visas (1940-2015) et de l’ensemble des manifestations organisées par le Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes, à cette occasion

L’objectif est de mieux faire connaître un aspect spécifique de l’action du consul Sousa Mendes en direction des Espagnols républicains qui ont pu faire l’Europe grâce à ses visas.

30 000 personnes sauvées entre le 17 et le 25 juin 1940 : ce nombre paraît énorme, mais contextualisé, il donne une réelle ampleur de la tâche accomplie. C’est le nombre de ceux qui doivent leur salut à Aristides de Sousa Mendes, mais aussi à d’autres hommes, comme le premier secrétaire de l’Ambassade d’Espagne à Bordeaux, Eduardo Propper de Callejòn, qui lui aussi, désobéissant aux recommandations de ses supérieurs a octroyé de nombreux visas

Ouverture exceptionnelle des Archives départementales

site principal* : les samedi 19 et dimanche 20 septembre de 14 h à 19 h, des visites guidées
du bâtiment permettront de découvrir ou de redécouvrir les salle de lecture, salle des plans, magasin, salle de classement, bibliothèque, ateliers de numérisation et de restauration, (départ des visites toutes les 25 minutes environ, pour une durée de 55 minutes par groupe de 20 visiteurs maximum), et de parcourir l’exposition « ARCHITECTURE D’ARCHIVES, les archives dans la cité », réalisée en partenariat avec le Service des Archives de France et présentée en salle des voûtes.

* site accessible aux personnes à mobilité réduite.

site historique* : le bâtiment de 1865, inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques, ouvrira exceptionnellement ses portes les samedi 19 et dimanche 20 septembre de 14 h à 19 h pour un circuit commenté : découverte du hall, de l’aile ouest, de l’escalier d’honneur, de l’ancienne salle de lecture (départ des visites toutes les 20 minutes environ, pour une durée de 30 minutes par groupe de 15 visiteurs maximum)

* site non accessible aux personnes à mobilité réduite


Contacter les Archives départementales de la Gironde



Les archives dans la cité » présentée en salle des voûtes du 9 juin au 20 septembre 2015.


Depuis 2004, de nombreux bâtiments d’archives de grande envergure ont vu le jour, intégrant les spécificités du développement durable. On observe également des réalisations traduisant des choix de mutualisation d’institutions culturelles (archives, médiathèques, musées), ce qui, pour les services d’archives, ouvre de nouveaux enjeux et de nouvelles perspectives. Enfin, de multiples édifices à caractère patrimonial ont été réhabilités pour accueillir des services d’archives, souvent municipaux.
L’éventail des réalisations présentées à travers cette exposition est un témoignage des efforts déjà faits pour les Archives et un encouragement pour ceux à venir.

Dans la salle des voûtes, cette présentation est complétée par des maquettes, des documents d’archives et des plans des bâtiments successifs des Archives départementales de la Gironde, depuis le site historique de la rue d’Aviau (1865), aujourd’hui inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, jusqu’au site principal ouvert désormais au public, cours Balguerie-Stuttenberg.
Quant aux futures Archives municipales de Bordeaux, ce projet s’intégrant idéalement dans le contexte de l’exposition, elles seront représentées par la maquette du nouveau bâtiment de 5000 m2 installé dans l’ancienne Halle des Magasins généraux entièrement réhabilitée pour accueillir le nouvel hôtel des Archives à la Bastide.

Contacter les Archives départementales de la Gironde





La fête de la musique aux Archives départementales, c’est aussi l’occasion de découvrir un site, au cœur des Chartrons qui s’inscrit pleinement dans l’esprit du « vivre ensemble », thème 2015 de l’événement et de profiter des animations qui y seront proposées et que vous retrouverez ci-dessous en détail :



-19h : ouverture au public de l’exposition « Architectures d’archives, les archives dans la cité ». Conçue initialement par le Service interministériel des Archives de France, cette exposition propose de découvrir les principales réalisations archivistiques de la dernière décennie. Elle est complétée par des maquettes, des documents d’archives et des plans des bâtiments successifs des Archives départementales de la Gironde ainsi que par la maquette du nouveau bâtiment des Archives municipales de Bordeaux.

-20h : Pique-nique en musique où chacun amène son panier : tables dressées et places assises. Une belle entrée en matière avec la contribution des musiciens amateurs de l’atelier de Jazz de l’écolede musique d’Ambarès-et-Lagrave

- 22h : Ciné-concert en partenariat avec le Centre Jean-Vigo dans le cadre du festival itinérant Cinésites. Projection du film muet américain de Paul Leni (1927), « The cat and the canary » accompagné par Pascal Bonnard à la guitare :
une guitare trouble et sensuelle, des rythmes électro gorgés de ténèbres… voici comment Pascal Bonnard traduit l’effroi des personnages, prisonniers d’une immense demeure hantée.



Contacter les Archives départementales de la Gironde